Las grandes alamedas

les grandes allées

Las grandes alamedas

Le Chili est souvent admiré pour être un modèle économique et social en Amérique Latine. Ce documentaire nous raconte parcontre une toute autre histoire. Il nous ammène de la dictature sous Pinochet directement au néolibéralisme actuel. Avec le coup d'Etat de 1973 commença une profonde restructuration de l'économie et de la société. Un niveau de privatisation difficilement imaginable pour beaucoup de personnes en Europe et une libéralisation totale du marché en furent la conséquence. Ceci ammena non seulement des taux de croissance que la presse internationale aime faire resortir, mais initia pratiquement une liquidation du pays à des investisseurs privés et des multinationales.

30 ans aprés le coup d’Etat, le pays est encore secoué par une pauvreté croissante et des secteurs publics aujourd’hui privatisés. Grace à des témoignages personnels et des réflexions critiques de la part de ses protagonistes, le film nous ammène sur les traces de la résistance d’entemps et d’aujourd’hui.

un documentaire de Colectivo Presente
Chili / Allemagne 2004
DVD 68 Min, espagnol avec sous-titres en français, anglais, allemand

Autres films au sujet de: Amérique Latine

¡Viva México!

¡Viva México!

un voyage à travers du Mexique avec les Zapatistas et subcommandante Marcos

Dans un voyage des montagnes du sud-est mexicain jusqu’à la frontière nord avec les États-Unis, le sous-commandant Marcos et le peuple du Mexique dessinent le visage oublié d’un pays. Une célébration de la lutte pour la terre et la dignité.

À Oaxaca il ne se passe rien?

À Oaxaca il ne se passe rien?

¿En Oaxaca no pasa nada?

Année 2006, Oaxaca, Mexique. Une grève de professeurs est réprimée de manière brutale par le gouvernement local. La population décide alors d'expulser les autorités et de s'autogouverner. Après six mois, le président Fox envoie les forces de police spéciales pour "rétablir l'ordre". Peu de médias relayèrent ces évènements. Deux ans après, beaucoup espèrent encore un changement profond de société et rêvent d'une révolution. Ce film naît du désir de comprendre ce qui anime une femme ou un ancien à sortir de sa maison et construire des barricades.

México Mágico

México Mágico

un film documentaire sur les mouvements sociaux au Mexique

"L'opportunité qui se présente maintenant au Mexique, c'est que les gens, pour la première fois se proposent sérieusement de se débrouiller dans la vie par leurs propres moyens et en solidarité avec leurs voisins. Les gens ont arrêté, pour la première fois depuis l'indépendance du Mexique, de regarder en l'air et d'attendre que surgisse le grand homme, le surhumain, le héros, qui va tout résoudre, et ils se sont mis au travail. La misère est telle et le manque de résultats des politiciens professionnels, quelle que soit leur couleur et leur orientation politique, que les gens commencent à construire leurs initiatives. On verra bien ce qui en ressortira." Yeyo, coordinateur de l'Université de la Terre, Oaxaca 2007

Un petit peu (de tant) de vérité

Un petit peu (de tant) de vérité

chronique d'une rébellion à Oaxaca/Mexique

Ce qui en mai 2006 débute comme une grève d`enseignants pour une hausse des salaires et de meilleures conditions sociales, débouche sur une rébellion populaire sans antécédent dans l'Etat de Oaxaca au sudouest du Mexique. Un mouvement social surgit, qui pendant des mois manifeste autour d'énormes piquets de grève (plantones), installe des centaines de barricades dans les rues, occupe les bâtiments publics, gouverne la ville de Oaxaca en autogestion et demande la démission pure et simple du gouverneur hai Ulises Ruiz Ortiz.

Rompre le siège

Rompre le siège

un film sur les événements d'Atenco au Mexique 2006

San Salvador Atenco en mai 2006. Une petite ville dans la banlieue de Mexico City. Deux mois avant les élections présidentielles, un conflit s'aggrave entre le gouvernement mexicain et la population qui lutte pour la terre et ses droits. Des scènes incroyables se déroulent sous nos yeux : des marchés sont attaqués par la police, des manifestants bloquent des routes d'accès à la ville, des affrontements entre forces de police et population civile se répètent. Pendant plusieurs jours règne un état de siège qui culmine avec la mort d'un jeune de 14 ans.